lundi 9 novembre 2009

Portugal : le Premier ministre déterminé à légaliser le mariage homosexuel

Le mouvement vers un monde de plus en plus ouvert aux homosexuels est en marche. De plus en plus de pays légalisent le mariage entre personnes de même sexe et nous ne pouvons que nous en réjouir.
Le Premier ministre portugais José Socrates s'est dit déterminé à légaliser le mariage homosexuel - comme il s'y était engagé pendant sa campagne - en présentant jeudi son programme de gouvernement.


Le Premier ministre portugais José Socrates a présenté jeudi devant l'Assemblée nationale son programme de gouvernement, calqué "exactement" sur le programme électoral du Parti socialiste qui, bien que minoritaire, "a gagné les législatives", a-t-il rappelé.
Parmi les sujets sensibles, José Socrates a réaffirmé sa ferme intention de légaliser le mariage homosexuel, rejetant les récents appels, notamment de l'Eglise catholique, à un référendum.
Contrairement à la dépénalisation de l'avortement qui a nécessité deux référendums - le premier, en 1998, avait vu la victoire du "non" avant que le oui" l'emporte en 2007 -, José Socrates a exclu cette fois-ci l'organisation d'une consultation populaire réclamée par une partie de la droite, des socialistes catholiques et par l'Eglise.
"Je n'accepte aucune leçon de démocratie, ni les arguments de ceux qui se souviennent des référendums quand ça les arrange. J'ai assumé cette proposition dans mon programme électoral, je l'ai défendue en débat public. J'ai donc une totale légitimité pour la proposer et la faire approuver par ce parlement", a-t-il déclaré.
José Socrates, qui a perdu la majorité absolue lors des dernières législatives du 27 septembre, compte s'appuyer sur les voix de l'ensemble des partis de gauche, favorables au mariage gay et majoritaires au parlement.
Le chef du gouvernement a rappelé que ce projet de loi était "un geste" à l'endroit des homosexuels que sa génération "a mal traités".
Toutefois le premier ministre n'a pas mentionné la question de l'adoption par les couples homosexuels, qui ne figure pas dans son programme et ne devrait par conséquent pas figurer dans son projet de loi comme le réclament les Verts et le Bloc de gauche (BE, extrême gauche).
Le programme du gouvernement doit être débattu pendant deux jours au Parlement mais ne devrait pas être soumis au vote, aucun parti n'ayant exprimé l'intention de déposer une motion de censure.


Message suivant : Côté pique, coup de gueule contre l'Iran

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire